les absents ont toujours tort